L’épagneul breton est un chien qui a su se faire une place de choix dans le cœur des français. Son origine lointaine a soulevé quelques théories. Mais ce qui est certain, c’est que ce chien est sociable, vif, agile et particulièrement intelligent. Autant de qualités qui font de lui un compagnon idéal à la maison comme à la chasse. Il n’oublie pas de briller dans des épreuves d’agility, des activités de pistages et bien plus encore.

Mais comme les chiens de race pure, il présente des prédispositions à certaines maladies en dépit de sa bonne condition physique et de sa bonne santé. Parmi elles, on retrouve couramment :

La dysplasie coxo-fémorale

dysplasieIl s’agit d’une maladie héréditaire qui se révèle être une malformation de l’articulation de la hanche. Elle a pour conséquences une usure douloureuse, des déchirures, des syndromes inflammatoires notoires, sans oublier de l’arthrose. Si l‘âge accentue le phénomène, les premiers symptômes apparaissent dès sa jeunesse, lors de sa croissance.

Les signes caractéristiques de dysplasie de la hanche sont un boitement qui apparait après que le chien ait observé un moment de repos, également un refus à faire de l’activité alors que cette boule de poils déborde d’énergie et est en demande constante d’exercice. Le vétérinaire procédera à un examen et confirmera son diagnostic seulement après avoir réalisé une radiographie.

Pour soigner un épagneul breton souffrant de dysplasie de la hanche, il conviendra avant tout de soulager les douleurs en lui administrant des anti-inflammatoires. Dans des cas sévères, le praticien pourra envisager une intervention chirurgicale et la pose d’une prothèse.

La luxation médiale de la rotule

Luxation médiale de la rotule Cette affection orthopédique est congénitale. Bien qu’elle soit plus courante chez les chiens de petite taille, les épagneuls bretons sont loin d’en être épargnés.

Lorsque l’animal en souffre, il faut comprendre que sa rotule ou sa patelle s’est déplacée à l’extérieur de son abri, la fosse fémorale. Ceci entraine des ruptures des ligaments croisés. Et comme un malheur n’arrive que rarement seul, généralement les deux genoux du chien sont touchés.

Là encore, des boitements inhabituels vont apparaitre puis s’intensifier. Ils mettront la puce à l’oreille de leurs maîtres. Une consultation vétérinaire s’impose et des radiographies viennent compléter l’examen.

La luxation peut être corrigée grâce à une intervention chirurgicale. Le vétérinaire prescrira également des médicaments visant notamment à réduire l’arthrose.

La cystinurie

Cette maladie est héréditaire. Elle atteint le métabolisme de l’acide aminé appelé “cystine”. Concrètement, cet acide aminé se trouve mal absorbé par les reins du chien, le risque de calculs rénaux est alors élevé.

Les premiers symptômes sont des besoins d’uriner particulièrement fréquents. Malgré son envie, l’animal présente des difficultés à uriner, des urines qui peuvent, en outre, contenir des traces de sang. Les calculs sont réputés très douloureux au niveau du ventre, tant pour nous que pour les animaux.

Des examens sanguins viseront à déterminer le taux de cystine et des radiographies permettront de confirmer la présence de calculs.

Bien entendu, si le chien est pris en charge suffisamment tôt, il n’aura aucune séquelle. Mais en l’absence de soins, les conséquences peuvent être dramatiques : les reins pourraient être endommagés et, à l’extrême, entrainer la mort du chien.

Des traitements médicamenteux seront prescrits afin de permettre au taux de cystine de chuter et éviter les récidives. Et lorsque les calculs sont importants ou ne peuvent être évacués naturellement, une intervention chirurgicale peut s’imposer.

Les autres maladies de l’épganeul breton

D’autres maladies peuvent être développées par les épagneuls bretons, des maladies mortelles telles que la dystrophie musculaire liée au chromosome X, l’amyotrophie spinale ou l’abiotrophie corticale cérébelleuse. Pour ces maladies, aucun traitement n’existe et l’issue sera fatale. Des tests génétiques et des examens permettent de confirmer ou infirmer le développement de ces maladies.

On l’aura compris, l’épagneul breton est un chien qui malgré toute sa vivacité peut nécessiter des soins comme tous les chiens mais plus encore de par son activité intense, ou encore les maladies héréditaires auxquelles sa race est prédisposée. Aussi, assurer son épagneul peut être raisonnable pour le protéger, de la prévention, aux soins, en passant par les interventions et les divers traitements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur acebook
Recevez le Guide de l'épagneul breton

Le guide de l'épagneul breton