Assurer son chien permet de lui donner accès aux soins sans vous laisser sur la paille. En effet, une assurance pour animaux de compagnie fonctionne à l’instar d’une complémentaire maladie pour les personnes : on souscrit un contrat, on choisit une formule et nous voilà remboursés de tout ou partie de frais médicaux (consultations, interventions, médicaments, examens). Le principe est le même pour le chien.

Plus un chien vieillit, plus il risque d’avoir besoins de soins. Mais les désagréments de l’âge ne sont pas les seuls à coûter et les imprévus sont les inconnues d’une équation parfois lourde à résoudre. Personne ne peut prédire une maladie, un accident, un problème de santé quelconque.

Quand on connait la hausse des frais vétérinaires au cours des dernières années, on comprend pourquoi de plus en plus de maîtres souscrivent un contrat pour pouvoir faire face à des dépenses lourdes. Aussi, l’assurer est une garantie de bien vivre, physiquement pour l’animal, moralement pour le maître. Et pour l’épagneul breton, les raisons de l’assurer dépassent ce principe de base.

Profil de l’épagneul breton

L’épagneul breton est un chien reconnu pour son intelligence et son dynamisme. Ce très bon chien d’arrêt est un fidèle compagnon des chasseurs. Il regorge d’énergie, inutile de croire qu’il saura rester des heures durant à se prélasser dans son panier, des plus confortables soit-il. Son dada c’est courir, chasser, s’amuser.

Mais malgré sa robustesse, ce chien n’est pas à l’abri de problèmes de santé, particulièrement ceux auxquels sa race est exposée. Et les frais qui en découleraient pourraient s’avérer élevés. Il est conseillé pour certaines races pures, telles que l’épagneul breton, de souscrire une assurance dès que l’animal en a atteint l’âge.

De par ses prédispositions héréditaires, il peut souffrir de maladies telles que la dysplasie de la hanche, l’hémophilie, la luxation médiale de la rotule, la cystinurie mais aussi de maladies mortelles après des périodes de souffrances et de dégénérescence (dystrophie musculaire liée au chromosome X, amyotrophie spinale, abiotrophie corticale cérébelleuse).

Outre des consultations, ces maladies entraineront des examens, des traitements médicamenteux et des interventions. Par exemple, la dysplasie de la hanche pourra faire l’objet d’une opération et de la pose d’une prothèse, la luxation médiale de la rotule, d’une intervention chirurgicale, la cystinurie, d’une intervention visant à éliminer les calculs.

En amont des soins et des traitements, rappelons combien la prévention est importante. C’est pourquoi, des consultations régulières seront très tôt conseillées pour un bon suivi et diagnostiquer le plus tôt possible des problèmes de santé.

Les maladies ne sont pas les seules raisons d’assurer son épagneul. Compte tenu de ses grands besoins d’activité et, le cas échéant de sa participation à des parties de chasse, il est particulièrement exposé aux blessures et aux accidents.

Le choix d’une assurance pour épagneul breton

Il faudra choisir une assurance en fonction des besoins de cette race afin que la prise en charge des frais vétérinaires soit optimisée s’agissant des frais classiques ou propres aux maladies qu’il risque de subir. Il faudra également vérifier la liste des exclusions prévues par les assureurs pressentis, notamment en matière d’accidents, d’autant plus des accidents de chasse s’il y est exposé. Une extension pour chien de chasse peut être nécessaire en dehors de la couverture responsabilité civile imposée.

Parce que les offres sont nombreuses, que les assureurs proposent des garanties variées, qui s’adaptent aux races, aux âges des animaux et aux budgets des maîtres, utiliser un comparateur vous éclairera sur les offres les plus adaptées à votre épagneul breton, voici un exemple de comparateur d’assurance : https://www.assurances-chiens.fr/ Vous économiserez du temps et de l’argent grâce à un tel outil.

Suivez-nous sur acebook
Recevez le Guide de l'épagneul breton

Le guide de l'épagneul breton